INFO LPV 05/17

05-2017

Attestation de la compétence

linguistique et de la formation


L’info électronique de P-OP-ZF du 27.06.2017 relative à la nouvelle réglementation sur les compétences linguistiques a entraîné une certaine insécurité auprès du personnel des locs. Les déclarations de certains CLP, surtout en ce qui concerne le temps nécessaire à la formation A1+, ont soulevé des questions plus larges. De plus, le temps investi devrait être crédité sur le compte de la durée annuelle du travail, ce qui ne correspond pas aux réglementations négociées dans la CCT et les BAR.

La LPV est intervenue auprès de la CoPe et ZF. En principe, la CoPe ZF est compétente en ce qui concerne le respect de ces règlements et nous avons pris connaissance avec satisfaction qu’elle n’a, jusqu’ici, fait aucune concession. Quelques membres de la CoPe ZF devraient, jusqu’à la fin de l’année, suivre le programme d’apprentissage en ligne linguistique Speexx pour pouvoir déterminer le temps nécessaire à cet apprentissage. Les examens sont suspendus jusqu’à nouvel avis et la question de savoir sur quel compte sera comptabilisé le temps nécessaire est à nouveau ouverte.

Dans la même info, on peut aussi lire que le personnel des locs en formation doit en principe avoir passé le test du niveau linguistique A1+ avant de se rendre la première fois dans l’autre région linguistique. Cela implique que les collègues qui arrivent au terme de leur formation doivent, en plus de tous les autres examens, suivre aussi cette formation linguistique et passer l’examen. A notre connaissance, le temps de formation n’a pas été prolongé. Nous considérons ces exigences comme étant trop ambitieuses ; ces collègues ne sont pas traités de la même manière que ceux qui, pour la première fois un an après l’examen périodique, doivent passer l’examen linguistique et qui durant cette période (dans le meilleur des cas cinq ans) conduisent « seulement » avec A1.

La LPV est intervenue auprès de P-OP et exige:

de restreindre l’examen pour le niveau linguistique (+) à moins de phrases très standardisées, qui se limitent à des situations auxquelles le PERSONNEL DES LOCS est fréquemment confronté, et que les ordres soient quittancés dans la langue locale ;

une discussion pour savoir sur quel compte doit être comptabilisé le temps consacré à cet apprentissage ;

une déclaration claire sur les conséquences lorsque quelqu’un rate deux fois son examen ;

que l’examen linguistique pour le personnel en formation doit être passé aussi au plus tard un an après la réussite de ladite formation pour autant que l’examen A1 soit déjà acquis lors de l’entrée dans l’entreprise et que le mécanicien roule dans une autre région linguistique.

La LPV souhaite une réglementation claire de la part des entreprises ferroviaires concernant les compétences linguistiques et leur attestation et reconnaît aux CFF P-OP-ZF un rôle actif de précurseur dans cette affaire. Mais nous veillerons à ce que les directives de l’OFT et les obligations qui en découlent soient appliquées de façon comparable au personnel des locomotives de toutes les entreprises.

Winterthour, le 22 août 2017

Commission centraleLPV